Charge prototypique

Larmes shut 65087743 (Low)2

Le principe de charge

Selon Freud, Janov et de nombreux psychologues humanistes, nous avons tous vécu des expériences négatives intenses qui ont marqué notre existence. Ces évènements sont souvent d’origine psychologique, familiale, physique ou médicale et ont laissé une empreinte traumatique profonde à l’intérieur de nous.

Selon notre expérience, le traumatisme produit deux actions simultanées dans le système nerveux : soit la création de souvenirs ainsi que la création d’une charge prototypique originelle. Lors d’une psychothérapie, cette double réalité permet d’expliquer pourquoi un psychologue peut explorer vos souvenirs sans nécessairement déclencher  certaines charges. À l’inverse, la stimulation vibroacoustique peut stimuler ces charges sans entrer en relation avec la personne.

La raison pourrait provenir du fait que ce soit deux types de cellules qui soient impliquées lors de situations intenses. On peut facilement associer les souvenirs aux neurones puisque de nombreuses études le démontrent. Or, nous savons qu’il existe d’autres cellules 10 fois plus importantes en nombre dans le cerveau. Ce sont les cellules gliales  qui forment l’environnement des neurones et assurent leur bon fonctionnement : maintien de l’homéostasie, production de myéline, rôle de soutien et de protection du tissu nerveux,  apportent les nutriments et l’oxygène, élimine les cellules mortes et combat les pathogènes. Par ailleurs, de nouvelles études mettent en lumière que ces gliales ont des fonctions plus avancés tel le contrôle du seuil de réactivité des neurones et une capacité mémorielle.

Ainsi, les  psychiatres commencent sérieusement  à regarder de ce côté . En outre, les études démontrent que dans certains troubles, la taille des cellules, leurs nombre, leurs ramifications sont sensiblement réduites. Ces scientifiques postulent également que ces atrophies influencent le développement neuronal vers l’âge adulte et serait donc à la base de certaines psychopathologies. L’hypothèse émise par Claude Breault Ph.D. va encore  plus loin en avançant  que les charges inconscientes seraient mémorisées par les cellules gliales et non par les neurones.

Si nous considérons  cette possibilité dans le cas d’une psychothérapie, nous pouvons dire que les psychologues/psychothérapeutes s’occupent des souvenirs neuronaux et que la loge s’occupe des cellules gliales. Par conséquent, une véritable psychothérapie en profondeur impliquerait une collaboration efficace entre le psychologue/psychothérapeute et l’utilisation d’une loge vibroacoustique.